Sommaire

Les kystes ovariens sont le plus souvent bénins, mais il est important de consulter un médecin pour éliminer la possibilité d’un cancer.

Toutes les infos dans notre astuce.

Kystes ovariens : qu'est-ce que c'est ?

Les kystes ovariens sont des sacs ou des poches remplis de liquide qui se développent à l’intérieur ou à la surface de l’ovaire :

  • la plupart des kystes ovariens présentent pas ou peu d'inconfort et sont inoffensifs ;
  • la majorité d’entre eux disparaissent sans traitement en quelques mois.

Attention par contre, certains kystes (et notamment ceux qui se rompent) peuvent entraîner des symptômes graves. Il est important de consulter un médecin qui pourra établir un diagnostic précis et proposer un traitement adapté.

Différents types de kyste ovarien

Les kystes dit fonctionnels sont liés à l’activité hormonale des ovaires. Ils disparaissent en général spontanément au bout de 2 à 3 cycles menstruels. On distingue dans cette catégorie :

  • Les kystes folliculaires : ils sont liés à une absence d’ovulation ou a la persistance d’un follicule immature. Dans ce cas, le follicule ne se rompt pas pour laisser sortir l’œuf, mais continue de croître et devient un kyste.
  • Les kystes lutéiniques : ils sont liés à la persistance du corps jaune, après l’ovulation.

Les kystes fonctionnels sont les plus fréquents :

  • Ils présentent une prévalence de 20 % chez les femmes en période d’activité génitale.
  • Mais ils existent aussi chez les femmes ménopausées, puisque 5 % des patientes ménopausées présentent un tel kyste.
  • Après la ménopause, la découverte d'un kyste nécessite des examens précis (dosages de marqueurs hormonaux, IRM) pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un cancer.

On trouve aussi les kystes dits organiques :

  • Les kystes dermoïques : ils présentent des reliquats de tissus embryonnaires et peuvent de ce fait contenir des cheveux, de la peau ou des dents. Ces kystes sont rarement cancéreux et ne nécessitent pas d’être enlevés.
  • Les kystes endométriosiques : ils se développent à partir de la muqueuse utérine et apparaissent dans l’endométriose.
  • Les cystadénomes enfin sont souvent de grande taille (10 à 20 centimètres) et proviennent du tissu utérin.

Kyste ovarien : diagnostic

Les kystes ovariens sont dits asymptomatiques, c’est-à-dire le plus souvent indolores. On distingue tout de même quelques légers signes pouvant faire penser à un diagnostic de kyste ovarien :

  • douleurs localisées dans le bas de l’abdomen ;
  • douleurs pelviennes ;
  • douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie) ;
  • allongement des cycles menstruels ou règles irrégulières ;
  • constipation ;
  • nausées, vomissements ;
  • troubles urinaires ;
  • fatigue ;
  • manque d’appétit ;
  • métrorragies : saignements d’origines utérines mais qui surviennent en dehors des règles ;
  • sensation de lourdeur dans le bas ventre.

Pour s’assurer de la présence d’un kyste ovarien, le médecin pratiquera une échographie pelvienne.

Pour aller plus loin :