Sommaire

Des seins tendus, la présence de petites boules qui roulent sous la peau, voilà de quoi susciter une vive inquiétude. Pourtant, ces signes sont caractéristiques de la mastose, affection souvent sans gravité et très courante avant la ménopause. Les formes les plus sévères nécessitent cependant un suivi médical étroit. Nous faisons le point.

Mastose mammaire : définition

La mastose mammaire correspond à une affection courante et généralement bénigne du sein. Elle se traduit par un gonflement des seins, qui prennent une texture granuleuse et deviennent douloureux.

Elle est également appelée mastose fibrokystique, en raison du développement de deux types de lésions :

  • des kystes, qui peuvent entraîner la sécrétion de liquide au niveau du mamelon ;
  • des nodules, éléments fibreux rassemblés par petits groupes dans différentes zones.

La mastose mammaire est parfois également associée à une hyperplasie épithéliale, c'est-à-dire un développement des cellules épithéliales du sein.

Origine hormonale de la mastose mammaire

La physiologie du sein est directement sous l'influence des hormones féminines, les œstrogènes et la progestérone.

  • Les œstrogènes stimulent le développement de la glande mammaire et favorisent la rétention d'eau : ils font gonfler le sein.
  • Ces effets sont atténués par l'action de la progestérone.

Mais lorsque la progestérone n'est pas suffisamment produite, notamment au moment de la période de la préménopause, l'action des œstrogènes n'est plus contrebalancée. Le contexte est alors propice à l'apparition de la mastose.

Cette affection touche ainsi particulièrement les femmes d'une quarantaine d'années. À la ménopause, l'arrêt de production des œstrogènes y met naturellement un terme.

Mastose mammaire : différents degrés de gravité

Si 70 % des mastoses, dites « simples », sont bénignes, d'autres doivent être étroitement surveillées :

  • la mastose proliférante, où certaines cellules se développent plus rapidement que d'autres, est associée à un risque de cancer du sein accru d'un facteur 1 à 2 ;
  • la mastose sévère, qui correspond à une mastose proliférante où certaines cellules ont en plus un aspect anormal, augmente de 4 ou 5 fois le risque de cancer du sein.

Examens et traitements de la mastose mammaire

Pour poser le diagnostic, le professionnel de santé pratique une palpation des seins et réalise une échographie et/ou une mammographie. Le cas échéant, une biopsie est réalisée pour écarter tout risque de lésion cancéreuse.

Lorsque les symptômes de la mastose réapparaissent fréquemment et qu'ils sont particulièrement gênants, la patiente peut bénéficier d'un traitement :

  • Est généralement prescrit un gel à base de progestérone, à appliquer sur les seins.
  • La prise de progestatifs par voie orale est également envisageable.
  • Lorsque les kystes sont très volumineux, le liquide qu'ils contiennent est ponctionné à l'aide d'une aiguille, pour soulager la tension.

Pour approfondir le sujet :