Sommaire

Tumeur de taille variable, le fibrome peut siéger sur des endroits divers du corps sans présenter de caractère de dangerosité. Cependant, et plus particulièrement lorsqu'il s'agit d'un fibrome utérin, il peut être à l'origine de symptômes plus ou moins incommodants et doit alors être traité.

Fibrome : une tumeur bénigne

Le fibrome est une excroissance bénigne qui se développe à partir de tissu conjonctif, largement distribué dans le corps humain.

Il est généralement de forme ronde ou ovale, et il évolue lentement. S'il est dans la plupart des cas de petite taille, quelques millimètres, certains fibromes atteignent plusieurs centimètres. Plusieurs de ces tumeurs peuvent se développer chez une même personne.

Zoom sur le fibrome utérin

Différents types de fibromes utérins

De nombreuses femmes sont porteuses de fibrome au niveau au niveau de l'utérus. Il en existe de différents types :

  • le fibrome sous-muqueux, qui se développe dans la cavité intra-utérine ;
  • le fibrome interstitiel, enchâssé dans l'épaisseur du muscle utérin, le myomètre ;
  • le fibrome sous-séreux, qui se forme au niveau de la surface externe de l'organe.

Ces fibromes, qui se développent sous l'effet des hormones féminines, régressent au moment où leur production se tarit, à la ménopause.

Symptômes de la présence d'un fibrome utérin

La présence d'un fibrome utérin peut être asymptomatique, c'est-à-dire n'être associée à aucune manifestation particulière.

Cependant, dans certains cas, il entraîne différents désagréments :

  • des règles plus abondantes et plus longues, pouvant être à l'origine d'une anémie ;
  • des saignements entre deux périodes de règles ;
  • des douleurs lors des rapports sexuels ;
  • une sensation de lourdeur au niveau du bas-ventre, voire une augmentation de son volume ;
  • des difficultés lors de la miction ou de l'évacuation des selles, par compression des organes alentours.

Traitements du fibrome utérin

Le traitement d'un fibrome utérin ne s'impose pas dans tous les cas. Il ne sera pratiqué que s'il est invalidant pour la patiente.

Différentes options, médicales ou chirurgicales, peuvent être envisagées :

  • La prise de progestatifs, pour diminuer l'abondance des règles en réduisant l'épaisseur de la paroi utérine. Ils n'ont pas d'effet direct sur le volume du fibrome.
  • La prise d'analogues de la LHRH, pour induire une ménopause artificielle.
  • L'embolisation, sous anesthésie locale : de petites billes sont administrées au niveau de l'artère fémorale, via un cathéter implanté au niveau du pli de l'aine. Le fibrome est ainsi privé des nutriments et de l'oxygène véhiculés par le sang, ce qui entraîne sa nécrose. L'acte est assuré par un radiologue vasculaire interventionnel.
  • L'ablation du fibrome par voie chirurgicale, la myomectomie, qui peut être pratiquée par voie basse ou par cœlioscopie.
  • L'hystérectomie, solution la plus extrême qui consiste à retirer l'utérus.

Pour aller plus loin :

  • La ménopause est dite précoce si elle apparait avant 40 ans. Elle est souvent familiale : risques et conséquences, traitement - infos et conseils sur la ménopause précoce. Nos experts vous informent.
  • Le traitement hormonal substitutif administre les hormones qui ne sont plus sécrétées par les ovaires lors de la ménopause.
  • Au moment de la ménopause, le désir de la femme peut s'atténuer. La plupart des femmes ménopausées ont la libido en baisse. Informez-vous sur la ménopause et les troubles de la libido.