Ménopause et bouffées de chaleur

Écrit par les experts Ooreka

Les bouffées de chaleur sont un des signes qui caractérisent le mieux l'entrée en ménopause.

Elles peuvent persister jusqu'à 10 ans après le début de la ménopause, mais en général leur fréquence diminue au bout de 5 ans.

Bouffées de chaleur à la ménopause : un symptôme très fréquent

Les caractéristiques des bouffées de chaleurs sont les mêmes que celles de la préménopause :

  • Elles sont brutales .
  • Elles sont généralement brèves.
  • Elles sont initialement nocturnes mais peuvent aussi survenir dans la journée.
  • Elles surviennent principalement à la fin d'un repas ou à l'occasion d'efforts physiques.
  • Elles sont perçues comme une sensation de chaleur dans tout le corps, qui remonte au visage.
  • Elles s'accompagnent d'une augmentation de la température cutanée.
  • Le visage, le cou et la poitrine deviennent rouges.
  • Elles s'accompagnent d'une transpiration qui peut être abondante.

Que faire en cas d'apparition de bouffées de chaleur ?

Lorsque ces bouffées de chaleur sont trop fréquentes et deviennent invalidantes, il faut consulter son médecin généraliste ou son gynécologue.

En effet, il existe des traitements permettant d'atténuer les bouffées de chaleur de la ménopause, voire de les faire disparaître.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
emma rahari

psychologue | ecoute active, approche humaniste

Expert

marion alisse

psychanalyste | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

PA
patrice albert

coach en nutrition, sophrologue, eft, infirmier | sophro-nutrition

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !