Ménopause : traitement contre l'ostéoporose

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

L'ostéoporose est très fréquente 10 ans après le début de la ménopause. Si vous avez un haut risque de développer de l'ostéoporose, votre médecin peut vous proposer un traitement médicamenteux préventif.

Cependant, il est possible de prévenir l'ostéoporose, essentiellement avec des mesures hygiéno-diététiques, qui ont pour but de constituer un os de bonne qualité.

Ménopause : traitement de l'ostéoporose

Après la ménopause, la décision d'une prévention de l'ostéoporose par des médicaments doit être établie par un médecin.

Le remboursement de ces médicaments dépend des antécédents et  du risque de fractures (résultats de l'ostéodensitométrie).

Les principaux traitements préventifs sont :

Le traitement hormonal substitutif

C'est l'apport en œstrogène qui permet de limiter la perte osseuse.

Il n'est indiqué dans la prévention de l'ostéoporose qu'en cas d'intolérance ou de contre-indication aux autres traitements préventifs chez les femmes ménopausées avec un haut risque de fracture.

Il est remboursé à 65% par la Sécurité sociale sous certaines conditions (haut risque d'ostéoporose).

En naturopathie, le traitement hormonal a deux axes principaux : soutenir les reins, le surrénale et la thyroïde (avec le ginseng, l'éleuthérocoque, la rhodiole, l'ashwagandha, la maca, le romarin, le thym ou le cassis associés à l'ortie et l'avoine) et favoriser l'activité œstrogénique au cours des 5 à 10 premières années suivant la ménopause (avec l'alfalfa, le houblon, le trèfle rouge en teinture-mère, la sauge sclarée).

Les biphosphonates

Ce sont des médicaments qui bloquent l'action des cellules responsables de la destruction osseuse. Trois biphosphonates - l'alendronate (5 mg), l'ibandronate (2,5 mg) et le risédronate (5 mg) - sont indiqués dans la prévention de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées à risque élevé d'ostéoporose.

Une prise de calcium est associée à ces médicaments pour leur permettre une efficacité optimale au niveau de l'os.

Ils sont remboursés à 65% par la Sécurité sociale sous certaines conditions (haut risque d'ostéoporose).

Le raloxifène

C'est un modulateur sélectif des récepteurs aux oestrogènes, qui a une activité favorable à la fois sur l'os et le système cardiovasculaire.

Il est indiqué dans la prévention de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées à risque élevé d'ostéoporose.

Il est remboursé à 65% par la Sécurité Sociale sous certaines conditions (haut risque d'ostéoporose).

Conseils pour prévenir l'ostéoporose

L'exercice physique

Il est recommandé une heure d'exercice physique 3 fois par semaine (vélo, natation...) ou 30 minutes de marche par jour.

Chez la femme ménopausée, l'exercice ralentit la diminution de la masse osseuse, et ce bénéfice persiste même après l'arrêt de l'activité.

De plus, une activité physique procure une relaxation de l’organisme et de l’esprit qui est essentielle.

L'apport vitaminocalcique

Un apport suffisant en calcium et vitamine D est nécessaire pour maintenir une bonne masse osseuse.

A la ménopause, entre 50 et 60% des femmes ont un apport insuffisant en calcium. Les besoins journaliers sont estimés à 1000 mg en moyenne à l'âge adulte. Ces besoins passent à 1200 mg à la ménopause du fait d'une moins bonne assimilation digestive et d'une moins bonne fixation.

Le calcium se trouve principalement dans les produits laitiers : il est recommandé d'en consommer 3/jour (voir ci-dessous le tableau « principales sources de calcium »).

La vitamine D est :

  • Soit fabriquée par notre organisme à partir du cholestérol. Cette fabrication se fait grâce aux rayonnements lumineux (exposition solaire).
  • Soit apportée par certains produits alimentaires tels que les poissons gras, les jaunes d'œuf, les produits laitiers entiers.

L'apport en vitamine K2 est également incontournable, de même qu'une supplémentation en iode (fucus) et en silicium (ce type de supplémentation est particulièrement indiqué dans l'ostéoporose de la ménopause et est à prendre dès les premiers signes en cas de facteurs de risque connus).

L'arrêt du tabagisme

Le tabagisme régulier s'accompagne souvent d'une diminution de la masse osseuse.

Des études ont montré que le sevrage tabagique permettait de réduire le risque d'ostéoporose.

La désacidification de l'organisme

Désacidifier l'organisme (l'alcaliniser) est indispensable. On utilisera des remèdes antiacides et reminéralisants sur de longues périodes.

  • Les citrates alcalins qui désacidifient, reminéralisent et neutralisent les acides tout en favorisant leur élimination. Ils sont à prendre en phase aiguë.
  • Le lithothamne qui amène des sels minéraux organiques. Cette algue a une action beaucoup plus profonde, plus réelle et plus durable que l’apport de citrates alcalins. Elle peut donc être prise au long cours.
  • La prêle qui contient de la silice, le minéral qui organise la reminéralisation de tous les tissus de soutien dont l’os. On peut y associe le bambou si la colonne vertébrale est touchée.

Cette détoxification peut être aidée par une alimentation saine à base de végétaux (fruits, baies, légumes, céréales, oléagineux, épices, huiles d’olive et de lin…) qui apportent tout ce dont l’organisme a besoin pour se construire, se nettoyer et se régénérer.

Cela suppose également d'éviter la consommation de produits industriels et de viandes qui sont particulièrement acidifiants. Privilégiez le régime méditerranéen, crétois, ou d'Okinawa.

À noter que la consommation d’une eau pure et dynamisée aidera fortement à régénérer la structure osseuse.

Lire l'article Ooreka

Le contrôle des boissons alcooliques

La consommation régulière d'alcool s'accompagne d'une diminution de la masse osseuse.

La suppression de l'alcool permet de réduire le risque d'ostéoporose.

Le maintien d'un poids normal

Un poids trop faible entraîne un risque accru d'ostéoporose et de fracture ostéoporotique.

Le retour à un poids normal permet de réduire le risque d'ostéoporose.

La prise en charge du syndrome de l'intestin irritable

Le syndrome de l'intestin irritable constituerait également un facteur de risque d’ostéoporose. Si on en croit une méta-analyse récente, le risque d’ostéoporose serait doublé chez les sujets souffrant de syndrome de l’intestin irritable par rapport à des sujets contrôles.

Il semble donc important de prévenir ce risque par une prise en charge adaptée, notamment lorsque les patients cumulent d’autres facteurs de risque d’ostéoporose.

Ménopause et calcium

Apport en calcium moyen en mg pour 100g de produits laitiers
Produits laitiers (100g) Apport calcique moyen (mg)
Lait 100
Fromage blanc 120
Yaourt 150
Fromage à pâte molle (camembert, brie...) 200 à 400
Fromage à pâte dure (gruyère, cantal...) Jusqu'à 400
Apport en calcium moyen en mg pour 1 litre d'eau minérale
Eau minérale (1 litre) Apport calcique moyen (mg)
Hépar 549
Contrex 451
Salvetat 253
Vittel 202
Quezac 195
Badoit 190
Apport en calcium moyen en mg pour 100g de produits alimentaires
Produits alimentaires (100g) Apport calcique moyen (mg)
Fruits secs : figues, abricots, dattes 150 à 80
Fruits oléagineux : amandes, noix 250 à 80
Légumes secs : haricots blancs, fèves, pois chiches 150

Aussi dans la rubrique :

Soulager les symptômes

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider