Préménopause et troubles de l'humeur

Écrit par les experts Ooreka

Troubles de l'humeur fréquents à la préménopause

Les troubles de l'humeur sont des troubles fréquents lors de la préménopause.

Pour beaucoup de femmes, la ménopause est un cap difficile à passer. Cette période peut être mal vécue car synonyme de vieillissement.

En effet, la préménopause s'accompagne de nombreux chamboulements qu'il faut arriver à gérer :

  • Troubles du cycle menstruel avec remise en question du cycle (diminution puis disparition de la fécondité).
  • Vieillissement apparent du corps (rides).
  • Modification de la silhouette (prise de poids).
  • Baisse de la libido pouvant être source de conflit au sein du couple.

Les perturbations hormonales, elles-mêmes, peuvent aussi être responsables des troubles de l'humeur.

Les troubles de l'humeur associés à la préménopause

Lors de la préménopause, les principaux troubles de l'humeur associés sont :

  • L'émotivité : on est plus sensible, on rougit plus facilement.
  • L'anxiété : on se fait du souci pour des choses qui ne nous préoccupaient pas auparavant.
  • L'irritabilité : on s'énerve pour des choses qui n'en valent pas la peine.
  • L'agressivité : on s'emporte plus facilement.
  • La tristesse : on pleure plus facilement.
  • La dépression : il s'agit d'une maladie qu'il faut traiter.
  • Le pessimisme : on voit tout en noir.
  • La perte de dynamisme : on perd l'envie d'entreprendre certaines choses.

Si l'un de ces troubles était déjà présent, il est fréquent qu'il s'intensifie avec la préménopause.

A ces troubles s'associent souvent des difficultés pour s'endormir et donc une fatigue qui peut être importante.

Il existe des traitements pour ces troubles. Certains antidépresseurs traitent la dépression et diminuent les bouffées de chaleur (ce sont notamment les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine).

Phytothérapie contre les troubles de l'humeur de la préménopause

De nombreuses plantes peuvent aider à lutter contre ces troubles de l'humeur. Parmi elles, citons notamment le millepertuis et le safran.

Millepertuis

Le millepertuis (et son principal principe actif, l'hyperforine) est tout particulièrement indiqué en cas :

  • d'irritabilité et de difficultés à supporter les contraintes et la contradiction ;
  • d'impatience ;
  • de versatilité (humeur changeante) ;
  • de tendance dépressive (le millepertuis peut se révéler aussi efficace que des antidépresseurs).

Il est à prendre à raison de 300 mg d'extrait sec deux fois par jour (matin et soir) pendant environ 6 mois. Les premiers effets apparaissent habituellement après 15 jours de traitement.

Attention : le millepertuis est parfois photosensibilisant (surtout chez les personnes ayant la peau claire) et il est susceptible d'interagir avec certains médicaments. Demandez conseils à un spécialiste ou à votre pharmacien.

Safran

Le safran n'est pas seulement une épice prisée pour ses vertus culinaires. En effet, elle possède des propriétés semblables au millepertuis (c'est un inhibiteur de la recapture de la sérotonine, de la dopamine et de la noradrénaline) sans ses effets secondaires ou ses interactions. Le safran peut donc constituer une alternative intéressante pour les personnes qui ne peuvent pas utiliser le millepertuis.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
claude andurand

hypnothérapeute, thérapie brève, orienté solutions | cabinet de psychothérapie

Expert

gabriel choukroun

ostéopathe d.o. - ostéopathie émotionnelle | osteomind consult

Expert

christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.